06/12/2008

MA PETITE JULIE ADOREE

Samedi 6 décembre 2008
3 - JULIE été 1990

Ma Petite Julie Adorée,

Tu es partie ce dimanche 30 novembre 2008, vers 11h30h, après un incroyable combat contre la maladie et le temps.
La veille encore tu courrais dans le jardin me laissant penser que nous avions encore du temps…
Tu as épuisé toutes tes forces et lutté avec cet entêtement dont tu as le secret.
Tu n’as rien abandonné, tu n’as rien cédé, jusqu’au bout.
Je ne comprends toujours pas où tu puisais ta force, ni comment tu faisais pour te battre et gagner, jusqu’à ce 30 novembre.

Ta place dans notre vie est incommensurable et le vide que tu laisses est abyssal!

Julie Ma Petite Sœur, nous avons pendant plus de 19 ans suivi la même route et aujourd’hui mes pas n’arrivent plus jusqu’à toi…

Tu étais tellement présente dans notre vie.
Tu étais une petite chatte très active, et tu avais toujours plein de choses à faire.

Je me rappelle tous ces automnes ou tu t’appliquais à rapporter à la maison, les feuilles qui tombaient des arbres.
Je t’entendais arriver en miaulant me disant je ne sais quoi, en tenant les feuilles dans ta bouche, pour venir les déposer comme des trésors.
J’en ai gardé quelques unes, comme des cadeaux précieux que tu me faisais.

Tu étais très expressive et tu disais les choses avec tes mots de chat.
Je savais toujours si tu allais bien ou non, parce que tu en parlais.

Tu avais aussi découvert les reflets dans les miroirs et les vitres et c’était devenu un rituel qui a duré jusqu’au bout.
Plusieurs fois par jour tu m’appelais pour que je vienne regarder nos reflets dans tout ce qui les renvoyait, c’était une de tes activités favorites.

Julie Mon trésor, tu étais aussi têtue qu’une mule!
Il était inutile de faire quelque chose sans ton consentement, surtout ces dernières années.
Cet entêtement était surtout très marqué en ce qui concernait « tes affaires ».
C’était aussi bien un panier particulier et son emplacement, un coussin, une couverture, une caisse en carton, ta petite niche...
Je ne pouvais rien changer ou déplacer sans déclencher des protestations de ta part.
Et les protestations étaient aussi bien vocales que physiques.
Tu criais et comme tu ne t’entendais plus, étant devenue sourde, ça ne passait pas inaperçu!
Tu allais et venais sans discontinuer en manifestant ton mécontentement et ta désapprobation.
La dernière fois que j’ai changé la caisse en carton de ta petite niche parce qu’elle était humide, j’en ai eu pour des heures à trouver un compromis.
Il a été finalement trouvé en découpant l’encadrement de l’ancien carton que j’ai adapté sur un nouveau fond.

Et puis il y avait l’eau!
L’eau était tout un roman.
Tu étais dingue de l’eau, pas l’eau dans un bol, non, mais l’eau qui ruisselait, qui coulait d’un robinet, ou qui s’évacuait d’une baignoire…ou encore l’eau du tuyau d’arrosage.
Tu adorais boire dans les flaques d’eau et en été, j’en faisais des « fausses » dans le jardin.

On se connaissait bien toutes les deux, tu savais ce que tu voulais et tu savais comment l’obtenir.

Un livre ne suffirait pas pour dire tout ce qui était toi.

Tu étais aussi et surtout, la Maman de Pucci, Bambi, Fifille et Chipie et tu étais mère jusqu’au bout des griffes et jusqu’au plus profond de ton coeur.
Malgré les années qui passaient, ils restaient « tes petits » que tu protégeais.
Tu as toujours cédé tes assiettes de nourriture à l’un ou l’autre qui venait y manger.
Tu étais plus proche de tes filles, mais tu partageais aussi ton panier avec tes fils.
Vous étiez un véritable clan, une vraie tribu faite de liens indestructibles.

Julie tu étais aussi si douce, et tout comme je le faisais avec mes mains, tu me caressais souvent le visage avec tes pattes, tu rendais chaque caresse.

Qu’est ce que je t’aime Julie…

Nous avons partagé plus de 19 ans de notre existence ensemble, j’ai encore tellement d’Amour à te donner et encore tellement de choses à découvrir de toi.

Je ne sais où tu es, mais j’espère que tu es auprès de Ton Fils Pucci, de Poyou Ton Compagnon, le papa de tes enfants, et avec Ton Amie Titoune.

Ici je suis auprès de Bambi ton second Fils, de Fifille et Chipie tes deux Filles.
Je sais que je ne comblerai jamais ton absence auprès d’eux, mais je ferai de mon mieux.

Ils sont tristes, surtout Chipie et Bambi qui te cherchent dans ta petite niche.
Pour Fifille c’est plus difficile à déterminer, parce qu’elle semble être toujours dans une autre dimension… mais je ne la sens pas moins fragile pour autant.

Je prendrai soins de tes enfants Mon Amour.
Je t’aime de toutes mes forces Ma Julie et, je t’aimerai toujours.

Tu me manque Petite Sœur…

Toujours et pour toujours.
Patsy & Bambi & Fifille & Chipie

1 - JULIE & PATSY été 1989


1-JULIE été 1989

2a - JULIE & TITOUNE été 1989

4 - JULIE été 1990

6 - JULIE & CHIPIE & BAMBI - juin 1991

7 - JULIE & CHIPIE & PUCCI - juillet 1991

8 - JULIE & CHIPIE & PUCCI & FIFILLE & BAMBI - juillet 1991


9 - JULIE & POYOU & BAMBI - juillet 1991

11 - JULIE - 03.09.03

12 - JULIE

13 -JULIE & FIFILLE & BAMBI & CHIPIE -   07.09.03

13a - JULIE _ 03.01.04


14 - JULIE & FIFILLE

18 - JULIE & PUCCI - 13.06.2004

19 - JULIE - 13.06.2004

21 - JULIE et CHIPIE - 16.07.2004

22 - julie - 04.08.2004

23-JULIE - 18.06.05

24 - JULIE & PUCCI - 22.11.06

25 - JULIE & BAMBI - 12.04.06

26 - JULIE - 25.06.06-24

31 - JULIE - 05.04.07

32 - JULIE - 06.09.07

34 - JULIE - 07.10.07

37 - JULIE - 26.07.07

40 - JULIE - 27.09.07

44 - JULIE - 10.06.08

45 - JULIE - 27.10.08-27

15:18 Publié dans MES CHATS

Les commentaires sont fermés.